Archives par mot-clé : voyage

Le chantier de Blaise #2

Travail en cours. 
Chantier de construction, de rénovation avec pelle, brouette, visseuse et fil à plomb, mais surtout l'envie de construire une histoire solide dans laquelle on se sente bien et de vous embarquer pour suivre l'avancée des travaux.
En évolution, en ébullition.

Au départ, je ne voulais rien de classique, pas de « il était une fois ». La forme se devait d’être originale. Elle devait servir et mettre en valeur l’histoire de Blaise, le personnage, son voyage, refléter le chaos dans lequel le faisait barboter la perte de sa main, son chemin après cette perte. J’avais des textes, beaucoup de textes, de toutes les couleurs, de toutes les tailles, avec plus ou moins de pétales, avec des narrateurs à épines, d’autres plus élancés, avec et sans feuilles, mais pas moyen d’en faire un bouquet harmonieux. Pas même un recueil de nouvelles avec une tenue convenable. Le chaos en question était devenu le personnage principal. Malaise et doutes de mon côté, remarques salvatrices du côté de lecteurs attentifs, ce n’était pas une bonne idée.
Donc retour aux méthodes de construction traditionnelles éprouvées, une pierre, puis une autre, en les choisissant soigneusement, en les adaptant si besoin et en commençant par le bas, comme on commence un voyage par le jour du départ, comme le lierre s’enroule autour d’un vieux pommier.
Tout est donc à reconstruire, mais cette fois, sur des bases plus solides, celles de la logique du voyage. Le début sera donc le départ. Ce ne sera peut-être pas original, mais au moins ce sera logique… Pensées pour une évidence : on ne peut pas tout avoir.

Attention à la fermeture automatique des portières, attention au départ.

Ça commencera sûrement comme suit. Ou à peu près…

 

LE BLOG DE BLAISE, 14 OCTOBRE, ALGESIRAS

Je commence ce blog aujourd’hui pour que ceux qui le souhaitent puissent suivre mon voyage. Aussi pour garder une trace, épauler mes souvenirs. J’ai déjà l’habitude de tenir un journal pour moi, celui-ci sera tenu pour vous. 

Et je commence aujourd’hui précisément parce que c’est mon premier jour de voyage sur la célèbre route E15 qui relie Algesiras en Espagne à Inverness en Écosse.

Je ne sais pas encore ce que j’écrirai ici. Quoi retenir d’une journée ? Quelle image ? De quel côté tourner son objectif, recadrer, choisir tel niveau de vocabulaire ou un autre, phrases longues, phrases courtes, raconter les autres, se raconter soi, ce qu’on mange, ce qu’on lit, ce qu’on entend, ce qu’on écoute, choix de la lumière, post-traitement, utiliser des filtres, gros plans sur des détails, paysages … J’essayerai de varier pour que tout le monde y trouve son compte, mais ça restera mon Blog et il y manquera peut-être ce vous vous attendiez à y trouver. Certains estimeront qu’ils n’en ont pas appris assez. Tant pis, après tout, on est toujours le superficiel de quelqu’un. Mais peut-être que vous y dénicherez aussi de bonnes surprises, que je réussirai à partager mes moments d’émerveillement, ces moments parfaits, quand on reste là, tout vide du dedans tellement on est rempli du dehors. Je crois que c’est ça que je vais chercher dans ce voyage, me vider du dedans pour me remplir du dehors. 

Petit portrait rapide pour que vous sachiez à qui vous avez affaire, au cas où vous tomberiez sur ces pages par hasard. On m’appelle Blaise depuis que j’ai perdu ma main droite alors que je travaillais sur un bateau de pêche. Je suis manchot depuis bientôt un an.

Un an après, j’arrive assez bien à me débrouiller dans la vie courante, et j’ai décidé de partir, de suivre la E15. J’aime les couleurs de l’Écosse, les ambiances, les paysages. J’aime aussi le whisky. L’idée d’aller là-bas est d’abord arrivée comme une blague entre amis. Puis elle s’est imposée par son évidence et par sa pertinence vis-à-vis de mes goûts et mes envies. Je ferai ce voyage un peu comme les barriques de Xérès vides, utilisées ensuite comme contenant pour l’alcool d’orge malté à qui elle donneront leurs arômes, pour en faire du whisky. Pour ce voyage, j’ai une ancienne camionnette de plombier transformée en van. C’est rustique. Il y a un matelas pour dormir, un réchaud, une cuvette pour faire évier et lavabo, un bidon d’eau et des caisses pour ranger mes affaires, une étagère pour les livres.

Aujourd’hui, je suis à Algesiras, en Espagne. Dans la pointe sud de l’Europe, en face, c’est Gibraltar, donc l’Angleterre et en face mais un peu sur la droite, c’est le Maroc, l’Afrique. Voilà pour la théorie. Mais de la ville, aujourd’hui, je ne verrai rien d’autre que la gare, avec ses quais bordés de caoutchouc à petits plots et ses haut-parleurs qui grésillent. Mes deux sacs sont posés sous les panneaux bleus ou le nom de la ville s’écrit Algeciras en espagnol, alors que c’est Algésiras en français. J’attends Anatole qui me vend le camion et doit venir me chercher à la gare. En attendant, je prends des notes. Il fait sombre, bientôt noir.

De la ville je ne verrai que des lumières, et parfois, leurs reflets dans l’eau du port, l’odeur douceâtre de vieux poisson que je connais si bien, et surtout, celle, bien plus alléchante des restaurants de la longue avenue coupée en deux par une rangée de palmiers. De toutes façons, les villes ne m’attirent pas, trop de monde. Et j’ai prévu de rentrer faire une pause dans les montagnes de mon enfance pour adapter le camion à mon absence de main droite. Demain, après un crochet indispensable par Jerez de la Frontera pour le Xérès, je partirai vers le nord sans trop m’attarder. Comme un tonneau vidé de sa première vie, en route pour la deuxième. 

Merci d’avance à ceux qui me suivront sur ce blog. Je compte maintenant rejoindre tranquillement les Alpes pour y faire une pause technique. Avant de continuer je prendrai juste le temps de découvrir la vie sur la route et surtout de lister les petites choses à améliorer ou à adapter. Jeanne, une amie d’enfance m’a proposé son aide quand elle a su que je revenais un moment au village. Pour m’occuper de toutes ces bricoles, je profiterai de l’hiver, cette saison pâle qui m’est si chère.  J’ai à la fois hâte d’y être et peur d’avoir eu les yeux plus grands que le ventre. Mélange bizarre, mais c’est quand même et de loin, la hâte de partir qui domine.

Alors je pars.

Avec vous ?