Archives par mot-clé : nuages

Mer de nuages

Pour ne pas oublier tout ce qu’on oublie toujours, toujours un peu trop vite

La mer. Sans eau et sans maillot, sans pelle et sans seau, sans saut , sans sceaux, sans sot. Et puis la mer, la mère, l’amer et tous ces mots qui font famille de son, qui ne se distingueront q’une fois qu’on peut les lire ou à cause du contexte, de ce ou bien de ceux qui se trouvent autour d’eux. Alors ici bien sûr, préciser en détail que c’est mer de nuages, une mer pour les oiseaux, les petits comme les gros, les rapaces, les passereaux.
Dans une mer de nuages, ou dessous, ou dessus, parfois aussi dedans, on entendra le vol des couples de grands corbeaux qui battent l’air en chanson bien plus qu’en discrétion. On entendra le cri du pic vert qui s’envole, indigné et inquiet quand il est dérangé, qui bat trois fois des ailes puis qui fait la torpille, sûrement pour mieux plonger, dans cette mer de nuages. Et toujours sur les bords resteront les petits, les troglodytes mignons, les mésanges à tête noires, à têtes bleues, à têtes punks que la mer de nuages ne gênera nullement pour venir picorer les graines de tournesol qu’on a laissées pour elles. Quand on dit mer, juste mer, on pourrait se méprendre et vite croire qu’il n’y vit que poissons et baleines quand une mer de nuages abrite tant d’oiseaux. Alors pour tout savoir de ces différences là, rajouter des questions dans la liste déjà longue des Questions d’importances choisies par Claude Ponti ou juste pour le plaisir, sans risque de se tromper, partir avec Corto pour une petite ballade, dessus la mer salée

Dans les nuages

En passant, petites images glanées au gré d'ici ou là.
Beaufortain, août 2023

Ce serait comme un voyage. Tout en légèreté, juste lever la tête, repenser un moment le poids de nos pensées qui fait pencher nos yeux. Avoir la mer juste là, parfaitement sous les yeux quand on regarde en l’air. Un bleu de bord de mer, pas trop de profondeur et puis un fond de sable pour garder le bleu clair, éviter le foncé des grandes profondeurs. Ensuite un peu de blanc, ou du bleu vraiment pâle, ou du bleu qu’on verrait juste à travers le blanc, comme des vaguelettes volages qui jouent sous la lumière, discrètes ondulations, filaments de courant. On aurait l’impression qu’on pourrait s’y baigner, y plonger quatre doigts, peut-être jusqu’à la paume et même un peu le pouce, pour sentir l’eau qui file, qui s’échappe et s’en va, légère comme une plume, elle emmènerait les feuilles des arbres des rivages. Un voyage tout léger, sur la pointe des pieds, tenter de s’appuyer avec les mains sur l’air, en oiseau idéal, avoir des bras en ailes, être couvert de plumes pour pouvoir tout écrire sur les feuilles des arbres

Merci à François Bon ( Tiers Livre ) et à ses 135 façons de sauver la terre . Pour l’inspiration et même un bout de phrase repiqué par ici

20230802

"De temps en temps", ça commence par la météo, et ça continue avec ce qui vient en tirant sur le fil

Peu nuageux, averses le soir. Des nuages traînent encore un peu, autour des massifs, en début de journée surtout côté Haute-Savoie mais le soleil domine rapidement partout. Des cumulus s’attardent tout de même sur les sommets frontaliers d’Italie de manière plus durable. Le beau temps régresse par l’Ouest en fin de journée avec le retour d’une couverture nuageuse. Elle viendra apporter des averses dès le début de soirée, et pour la première partie de nuit, sur une bonne partie de la région. Un bref orage est possible.
Limite pluie-neige vers 3700 puis 3300 mètres.
Températures minimales comprises entre +15 et +17 degrés.
Températures maximales comprises entre +30 et +35 degrés.
Isotherme 0° vers 4200 mètres.
Vent modéré d’Ouest-Sud-Ouest, parfois bien sensible pour la période en haute-montagne.
Prévisions Météo Alpes

Les nuages traînent, les cumulus s’attardent, ils prennent tout leur temps pour aller et venir, pour dégager le ciel, nous laisser voir le bleu ou faire revenir au blanc tout ce que nos yeux peuvent voir. Jeux avec la lumière, travail de dentelière, ils s’avancent, se transforment, s’arrondissent et s’étirent, se déchirent, se défilent. Parfois ils se rassemblent, ils se font tableau blanc cachés derrière un pli et ils font exister tout ce qui se passe là. Écriture de crête, de vapeurs et de branches, de plumes et de cornes quand la chance vient aussi. Alors pour savoir lire toutes ces calligraphies il faut juste faire comme si on ne savait pas lire et se laisser emmener par ce qui se passe là, se laisser emmener par ses yeux, ses oreilles, le doux frais du matin et son odeur de feuilles lavées par la rosée, et puis ranger tout ça bien au chaud dans sa tête sur l’étagère du beau celle qu’on oublie souvent de charger à ras bord

20230614

"De temps en temps", ça commence par la météo, et ça continue avec ce qui vient en tirant sur le fil

Encore quelques averses. Tandis que le soleil domine franchement proche du Léman le matin, de nombreux passages nuageux circulent ailleurs ne laissant passer que de brèves éclaircies et pouvant déjà donner quelques gouttes. Les périodes ensoleillées s’élargissent rapidement en plaine en mi-journée, puis en vallées au fil de l’après-midi tandis que des cumulus traînent sur les reliefs jusqu’en fin de journée y donnant quelques averses voire un bref orage. L’embellie est rapide et généralisée le soir.
Limite pluie-neige vers 3200 mètres.
Températures minimales comprises entre +14 et +16 degrés.
Températures maximales comprises entre +26 et +28 degrés.
Isotherme 0° vers 3500 mètres.
Vent faible de Nord.
Prévisions Météo Alpes

Des cumulus traînent sur les reliefs. Ils s’attardent, veulent en profiter plus, étirent encore le temps, se dépêchent de noter, se concentrent pour construire soigneusement leurs souvenirs. Les autres sont tous partis. Certains très vite, contents de s’éloigner, de quitter cet endroit qui les mets mal à l’aise, dans lequel ils ont éprouvé des sentiments désagréables, peur, anxiété, désarroi, impuissance devant l’insupportable… Alors écrire, tout poser là, pour se souvenir de, et se souvenir de ne pas, de ne plus. Regarder les nuages avec ses yeux à soi, avec les yeux des autres, avec les yeux du jour, leur donner des couleurs en suivant nos humeurs, nos passions et nos peurs. Regarder les nuages en particules et ions c’est déjà prendre un biais, orienter les mots, les choisir à dessein pour regarder sérieux et bien documenté. Mais regarder vraiment sans y mettre de teinture, comment y arriver avec nos mots à nous, avec nos yeux à nous, avec nos vies derrière qui imposent leurs filtres et nous brouillent les nuages ?

20230610

"De temps en temps", ça commence par la météo, et ça continue avec ce qui vient en tirant sur le fil

Averses. Les pluies de la nuit s’évacuent en début de journée par la Haute-Savoie laissant, à l’arrière, des éclaircies en matinée malgré encore de nombreux paquets nuageux résiduels autour des massifs (gouttes résiduelles possibles). Ces nuages reprennent vite du volume en montagne en mi-journée, donnant de nombreuses averses qui se maintiendront tout au long de l’après-midi voire jusqu’en début de soirée dans les hauts-massifs. En plaines, des éclaircies un peu plus franches s’invitent en seconde partie de journée.
Limite pluie-neige vers 3200/3300 mètres.
Températures minimales comprises entre +14 et +16 degrés.
Températures maximales comprises entre +24 et +27 degrés.
Isotherme 0° vers 3600 mètres.
Vent faible de Sud-Ouest puis Nord-Ouest.
Prévisions Météo Alpes

Gouttes résiduelles, nuages résiduels, accrochés aux sommets pour entretenir encore les mystères de là-haut. Restes, derniers morceaux d’écharpe abandonnés sur place. Toutes ces choses qui partent, qui s’en vont et qui filent, qui nous échappent toujours quand on aurait rêvé de pouvoir les garder. La si fraîche couleur verte sur les arbres au printemps, le chant de cet oiseau qu’un bruit sourd et sa peur ont chassé de la branche ou le goût si subtil, délicat et fugace de ce plat mijoté, ce jour-là juste pour nous, cette amie que l’on quitte toujours beaucoup trop vite, nous laissant quelques mots bien rangés en mémoire de tous ceux échangés entre grave et futile, qui ont fait tant de bien et renforcé les liens. Résiduelles aussi les gouttes de rosée sur les feuilles bien cachées à l’ombre d’arbres plus grands alors que tout autour le sec est déjà là. Et ne pas oublier cette lecture du matin qui va donner le ton de la journée entière, tout un état d’esprit puisé aux derniers mots qu’on aura même noté pour mieux en profiter avant qu’ils ne s’estompent, remplacés par tous ceux qui feront la journée. Restes d’une grande lecture dont on garde l’émotion, l’ébranlement et le charme, hélas résiduel qui nous donnera longtemps l’envie et le besoin de revenir sur nos pages pour leur arracher tout et non pas simplement le grêle résiduel, si ténu et friable

20230608

"De temps en temps", ça commence par la météo, et ça continue avec ce qui vient en tirant sur le fil

Peu de changement. Belle matinée très ensoleillée, déjà quelques cumulus sur les massifs avant la mi-journée. Ils donnent en après-midi, fatalement, quelques averses voire un bref orage. Mais ces averses orageuses sont bien isolées par rapport aux jours précédents. Le calme revient vite partout le soir.
Limite pluie-neige vers 3200 mètres.
Températures minimales comprises entre +12 et +15 degrés.
Températures maximales comprises entre +27 et +29 degrés.
Isotherme 0° vers 3500 mètres.
Vent faible, tendance aux brises.
Prévisions Météo Alpes

Cumulus, averses voire orages. Fatalement. Chaleur humidité évaporation précipitation. Phénomènes qui s’expliquent logiquement par la physique, une averse ou un orage fatalement physique. Fatalement. Et puis, grain de sable, le probable, le peut-être, le pas partout, le suivant ceci ou cela. C’est au grain de sable qu’on s’accroche pour un grain de folie, de l’inattendu, un peu moins de fatal, qui laissera plus de place aux chemins de traverse et aux pas de côté qu’on n’a pas calculés, ni prévus, ni construits, mais qu’on accepte tel quel, en toute naïveté pour changer du fatal, de l’usure du prévu, comme on garde le suspens en attendant la fin pour l’effet de surprise, le cœur qui bat plus vite pour de l’inattendu, pour une jolie surprise, l’oiseau qui se pose là, juste où on regardait ou le texte qui part, qui continue tout seul, qui file dans la descente quand on a pédalé si dur dans la montée et qu’il prend son élan, porté par la vitesse acquise sans qu’on ait plus besoin de lui tenir la main pour trouver l’équilibre

20230531

"De temps en temps", ça commence par la météo, et ça continue avec ce qui vient en tirant sur le fil

Devenant orageux. La journée débute sous le soleil, mais des nuages accrochent déjà la frontière italienne notamment en Haute-Maurienne. Ces nuages, de type cumulus, se généralisent d’ici la fin de matinée/mi-journée et des averses commencent à se déclencher. Elles deviennent vite orageuses et quasi-généralisées l’après-midi, s’évacuant par le Sud-Ouest de la région en début de soirée.
Limite pluie-neige vers 2700/2800 mètres.
Températures minimales comprises entre +11 et +14 degrés.
Températures maximales comprises entre +23 et +26 degrés.
Isotherme 0° vers 3100 mètres.
Vent faible, prédominance des brises.
Prévisions Météo Alpes

Orageux. Un temps de fin d’été au milieu du printemps. Un temps sans dessus dessous. Dessous et dessus, dessus et dessous, question de point de vue, de regarder de haut ou de scruter d’en bas, juste à une lettre près, une petite lettre toute ronde, un joli petit cercle, un simple petit o. Qui pourtant change tout. La sieste sous un chêne et dessous les nuages, cumulus bourgeonnants, rien encore d’alarmant la sieste sera finie bien avant les éclairs. Mais les formes se rapprochent, l’arrondi du nuage, le dentelé de la feuille, similitudes de courbes, ne seraient les couleurs, ou s’y tromperait presque, regardé d’un peu loin on pourrait s’y méprendre, rondeurs doucement replètes, envies simples et charnues de sortir des frontières, timide pas de côté, tête passée à la fenêtre, idée en gestation toute prête à voir le jour. Et nous autres à la sieste, attentifs aux dessous, bien plus qu’aux dessus ? Quoi dessous, quoi dessus dans les dossiers urgents, à bien y réfléchir ce sera vite choisi si on souhaite encore, toute une éternité, profiter de l’ombre douce des nuages de feuilles que nous offrent les arbres

Incendie de nuages

En passant, petites images glanées au gré d'ici ou là.
Coucher de soleil, Queige, mai 2023

Ce soir-la, c’était coucher de soleil. Un peu comme tous les soirs mais pas vraiment tout comme. La couleur des nuages les faisait incendie, la couleur des branches hautes les faisait charbon noir. Feu de forêt, foyer dans la cime des feuillus, image fugace, éphémère, instantanée. Quelques secondes à peine, tout au plus une minute, le temps de déclencher, de cliquer sur l’écran, le temps d’un coup de fil, juste le temps d’un appel. Entre le bleu du jour et le noir de la nuit, le feu. Flamboyant, flambant, flammes, feu, incendie. De l’abstrait dans le ciel trop réel dans nos têtes. Contraste. Entre fournaise insatiable et douces couleurs tendres, raccourcis de pensée, court-circuit effrayant, l’étincelle de l’image. Au milieu du tranquille, comme un grand froid dans le dos, l’irruption du danger, de la mort, de la peur. Juste à cause d’une rencontre de formes et de couleurs, juste à cause de ce ciel, des innocents nuages teintés de fin du jour qui s’en iraient en flammes emmenés par le vent. Les couleurs toutes seules dans un coucher de soleil amènent d’ordinaire des images innocentes, moins dangereuses, plus bénignes, parfois même romantiques voire un brin désuètes. Un couple assis de dos, une couverture pour deux, et le soleil couchant sur une plage déserte. Luxe, calme et volupté. Là, non. La forme des nuages construit un épisode furieux et dramatique, nous le rend fascinant, on tremble pour le fragile de la beauté des lieux. La force de l’image nous porte vers le feu quand tout nous pousse au doux. Rêve et cauchemar mêlés qui se renvoient la balle bien trop rapidement pour qu’on puisse l’arrêter, pour qu’on en ait envie, fascination du drame. Le charme des Fleurs du mal

20230331

"De temps en temps", ça commence par la météo, et ça continue avec ce qui vient en tirant sur le fil

Perturbé. Temps agité. Fréquentes précipitations, voire durables dans les massifs où il neige à partir de 2000/2100 mètres le matin, 1700/1900 mètres l’après-midi puis 1300/1500 mètres le soir. Grésil possible plus bas, coup de tonnerre isolé non exclu en fin de journée. En plaines les accalmies sont un peu plus franches, entre les averses, et de brèves trouées sont possibles.
Quantités de neige : 30 à 40 cm en haute-montagne, 15 à 25 cm de neige vers 1900 mètres, 5 à 10 cm vers 1500 mètres.
Températures minimales comprises entre +8 et +11 degrés.
Températures maximales comprises entre +14 et +18 degrés.
Isotherme 0° vers 2300 puis 1700 mètres.
Vent modéré d’Ouest, fort en altitude.
Prévisions Météo Alpes

Accalmies, éclaircies. Comme une pause bienvenue, un week-end dans la semaine quand le travail obligé nous laisse un peu souffler quand on peut se permettre de rejoindre le dehors à travers la fenêtre sans se dire qu’on ferait mieux de finir ce qui traîne. Ensuite se laisser faire, par le nuage qui passe, tout fier de ses volutes dans une jolie lumière. Lui préférer peut-être les arbres qu’on sait derrière, plus sombres et moins volages, traits austères des longues branches encore nues de l’hiver avant qu’elles ne s’habillent du doux vert du printemps. Alors pour aujourd’hui encore en profiter de leur netteté de traits, de leur sincérité qui affiche sans trucage la nature de leur être, loin des colifichets. Et le nuage qui passe, qui pourrait nous emmener, vient juste réveiller nos regards assoupis, un écran qui occulte nous obligeant alors à construire de mémoire et d’imagination ce qu’il vient nous cacher. Ou bien écran encore sur lequel se projette enfin bien détaché du fascinant lointain ce qu’on a sous les yeux mais qu’on ne regarde pas. Comme ce Rabelais qui vient nous éviter le tiède remettant en avant, le tout près, le tout loin, effaçant le moyen ou il est bien plus simple, glorieux et confortable de patauger, soumis, au beau milieu du fade

Envie de Rabelais ? Alors c’est par ici : https://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article5225

20230325

"De temps en temps", ça commence par la météo, et ça continue avec ce qui vient en tirant sur le fil

Très nuageux. Les averses, de plus en plus éparses, se poursuivent le matin (neige vers 1300/1500 mètres) puis tendent à se cantonner à la Haute-Savoie en après-midi (neige vers 1500/1600 mètres) tandis que des éclaircies reviennent en plaines et sur les massifs les plus au Sud. En fin de journée le temps est sec partout mais les éclaircies peinent à s’élargir.
On attend 5 à 10 cm de neige supplémentaires au-dessus de 1800 mètres.
Températures minimales comprises entre +5 et +7 degrés.
Températures maximales comprises entre +12 et +17 degrés.
Isotherme 0° vers 1500 puis 2000 mètres.
Vent modéré de Nord-Ouest, sensible en haute-montagne.
Prévisions Météo Alpes

Très nuageux. Couvert, sombre sous les nuages qui arrêtent la lumière avant qu’elle nous arrive, la filtrent, l’empêchent. Alors ici, en bas, tout a moins de contraste, on oublie le clinquant, les paillettes, le brillant, tout est un peu plus sombre. Sombre, mais quand même pas noir, on est loin de la nuit. Il fait jour, mais un jour dégradé et feutré, gris sans l’éblouissement, sans les ombres tracées, crayon gras sur sol sec. La lumière est bien là, mais elle vient de partout un peu comme de nulle part. Alors moins de lumière, c’est plus de temps de pose, le temps d’y réfléchir, besoin d’y penser plus, de regarder longtemps pour saisir tous les traits, les fins comme les trop doux, les textures, le subtile, avoir tous les détails. Déplier le trépied, s’installer bien calé, soigner la mise en place, vérifier les données et revoir le cadrage. Ensuite penser au temps, en faire des instants longs, pour relire et revoir, pour faire le tour des choses, pas juste les survoler