Chez les grenouilles

Au commencement, c’est juste un petit bruit de grelots sur la capuche. Vous tendez la main pour accueillir les premières gouttes, vérifier au toucher ce que les yeux devinent. L’air est plus frais, les odeurs montent de la terre, ça sent l’humide, le chaud, odeurs lourdes de terre ou de pierres, pas encore de mouillé. Vous respirez mieux. Les oiseaux se sont tus, vous entendez les plocs sur les feuilles, un pied dans une flaque, un ruisseau qui sifflote. Les pas marquent le sol, empreintes d’autres animaux, chacun doit assumer sa présence. Autour de vous le monde se resserre. Le grandiose des paysages a disparu, vous entrez dans l’intimité des nuages. Il pleut.

Dessin : Charlotte Derimay

 À retrouver en prologue des ateliers d’été du Tiers-Livre de François Bon : https://www.tierslivre.net

 

Laisser un commentaire