Faites parler les images #2

"Faites parler les images" est un atelier d'écriture en ligne, mis en place et animé conjointement avec la photographe Céline Jentzsch. À retrouver sur son site, rubrique blog, en compagnie de ses plus belles images !

Clé de douze

-Encore en panne ?! Tu devrais changer de moto, un jour tu resteras en rade au milieu du lac et le lendemain on te retrouvera tout gelé, tout bleu, tout froid et tout raide. Et tous les bouquins que tu traines et qui font plier les essieux, je suis bien certain que ça t’aidera pas. Sauf si tu les brûles, mais ça, tu le feras jamais. Donc le lendemain, quand on te tapotera l’épaule pour te réveiller, tu sonneras mat comme un vulgaire caillou. Tu seras transformé en statue de Bouddha : le comble pour un intello comme toi qui méprise les esprits ! 

– Hummm

– Sinon, mon cousin Gantulga, celui qui habite près du petit bois, il vend la sienne de moto, la bleue. Il veut s’acheter un gros 4×4. Officiellement c’est pour avoir le chauffage, mais je pense surtout que c’est pour impressionner les voisins et bien leur montrer que lui, il est plein aux as. Faut dire qu’il a touché le gros lot avec le troupeau du beau-père… Mais bon, si ça peut t’aider, je lui en parle, il te fera surement un prix pour se débarrasser de sa vieille bécane. Me remercie pas, les copains, c’est fait pour ça. Mais dis-moi vite si ça t’intéresse. 

– Une nouvelle moto ! Tu rigoles, j’ai pas les moyens, moi. Tu n’aurais pas plutôt une clé de douze dans tes outils ? Le joint du filtre à huile était fichu alors je l’ai remplacé par un bout de tissus, mais ça pisse, faut que je serre plus fort et j’ai qu’une pince multiprise.

– Désolé, la douze c’était pour les vieux modèles, maintenant j’ai plus que du dix. Tu devrais essayer les études de mécanique en plus des études tout court !

– Mécanique… Bof. Mes bouquins, comme tu dis, ils font peut-être plier l’essieu de ma carriole, mais ils me rendent la vie si légère que je ne suis pas prêt d’y renoncer. Et surement pas pour un tas de ferrailles graisseux ! Les motos sont là pour me transporter et c’est tout. Aujourd’hui je suis bien triste qu’elle me lâche, je voulais aller voir Altansetseg, mais si je laisse une flaque d’huile devant la yourte de ses parents, ça va pas le faire…. Ras le bol de ces trucs mécaniques qui tombent toujours en panne, je vais repasser au cheval et au traineau, moi. Tu te souviens, l’an dernier la photographe qui est venue ici avec tout un groupe, la blonde avec le joli sourire ? Eh bien elle a fait plein de photos du traineau de mon oncle, Otgonbayr. Elle trouvait ça très beau, elle disait que ça lui rappelait les histoires de tapis volant qu’on lui lisait quand elle était petite. 

Voilà, c’est ça que je vais faire, je vais me trouver un cheval. Plus d’essence à payer, plus de pannes, plus de réparations, je vais revenir au bon vieux temps des anciens, je pourrai profiter du paysage, aller à mon rythme. Et j’enlèverai ma belle Altansetseg, on s’enfuira tous les deux sur mon tapis volant. Le vent nous portera et on s’en ira, bercés par les nuages, pour frapper aux portes du paradis…

Pour lire les textes des autres participants à cet atelier, c’est ici : http://celinejentzsch.com/faites-parler-les-images-2/

Laisser un commentaire